Appreciative inquiry

Et si plutôt que de se construire sur nos échecs, on se construisait sur nos réussites ? C’est là le principe de l’appreciative inquiry (démarche appréciative) : s’appuyer sur ses forces, ses valeurs, ses compétences.  

Faire grandir ce qui marche plutôt que placer son énergie à rectifier ce qui ne marche pas !

Basée sur la psychologie positive, cette méthode bouscule la méthode classique du recrutement et vise à faire prendre conscience au candidat de ses talents, de sa valeur, en lui faisant parler de ses réussites. 
En confrontant concrètement les attentes du candidat, de ses futurs collaborateurs et du recruteur au travers d’échanges bienveillants et positifs, l’appreciative inquiry améliore la confiance, le bien-être au travail, renforce la motivation et limite le turn-over.
Si cette approche peut paraître simpliste et un brin naïve, c’est loin d’être le cas…


Faire du recrutement une expérience candidat unique

Le recrutement appréciatif est né d’un constat simple et sans détours : un nombre grandissant de candidats annonçant que plus ils passaient d’entretiens, plus ils se sentaient dévalorisés et perdaient confiance en eux (source « Guide du recrutement appréciatif » Guillaume Laurie).

En effet, dans un cadre traditionnel, le postulant peut avoir la sensation de « subir » l’entretien : il doit répondre à une série de questions centrées sur l’identification du problème (qu’est-ce qui n’a pas fonctionné dans votre précédent poste ? Quelles sont vos qualités et vos défauts ? Etc…)
Même s’il est bien préparé, le candidat peut se sentir peu spontané, mal à l’aise, jugé, d’autant plus que son interlocuteur n’aborde pas sa propre expérience ni ses atouts en lien avec le poste

Basé sur l’Appreciative Inquiry (AI), une méthode co-créée dans les années 1980 aux Etats-Unis, par David Cooperrider et Ron Fry, le recrutement appréciatif est mené de façon à ne pas mettre en défaut le candidat.
Il est évident qu’un candidat stressé ne pourra pas donner le meilleur de lui-même et dévalorisera ses réelles capacités. Cela pourrait nous priver d’un candidat finalement adapté au poste.
La positive inquiry (méthode appréciative) a pour objectif de faire de l’entretien un moment d’échange en toute bienveillance.
Comment ? En faisant en sorte que le candidat se sente à l’aise et en confiance, en le faisant partager ses expériences de façon positive.
Le recruteur prend la position de « coach » en creusant et questionnant, à l’aide de l’écoute active, sur les réussites de la personne pour prédire les succès de demain.
L’idée étant de se découvrir en comprenant les mécanismes de motivation et de reconnaissance de chacun, pour que postulant et manager apprennent à se connaître en montrant leur vrai « visage ».

Le cadre est posé pour que la personne qui postule soit en pleine possession de ses moyens et donne le meilleur d’elle-même.
Libérée du poids du jugement, plus à l’aise, elle est alors en capacité de démontrer sa valeur et toute l’étendue de son potentiel.
Pour offrir cette expérience unique au candidat, l’entreprise a dû passer au préalable par plusieurs étapes cruciales.


Le recrutement collaboratif : explications

Construit sur les bases de l’appréciative inquiry, le recrutement appréciatif repose sur de nombreuses expérimentations vérifiées par les neurosciences ; s’appuyant les résultats, les forces, les talents déjà mis en œuvre par le candidat, il impacte positivement son attitude.

Le recrutement collaboratif prend tout son sens dans la préparation en amont des entretiens avec les profils retenus : au travers d’interviews à deux, d’échanges en petits groupes, ou de communications collectives, une forte participation de tous les collaborateurs concernés est nécessaire.
Une collaboration main dans la main entre les équipes opérationnelles et les instances managériales qui impacte en profondeur l’entreprise : 

  • Installer un dialogue profond et positif dont les piliers principaux sont : la bienveillance, l’écoute active et la transparence,
  • Insuffler un nouvel état d’esprit auprès des collaborateurs grâce à l’intelligence collective, 
  • Stimuler l’innovation, la créativité et la responsabilisation des équipes, pour performer.

« La grandeur d’un métier est peut-être, avant tout, d’unir des hommes : il n’est qu’un luxe véritable, et c’est celui des relations humaines ». Antoine de Saint-Exupéry(1980) Terre des hommes

Appreciative inquiry les 5d, étapes du processus de changement 

L’appreciative inquiry (AI) aborde le recrutement sous un angle résolument différent représenté par les 5d : Define, Discover, Dream, Design, Deploy/Destiny (définir, découvrir, devenir, rêver, décider, déployer). 
Ce modèle a été créé par Roberta Faulhaber, facilitatrice graphique.
Elle présente visuellement le concept de l’appréciative inquiry, en mettant ses talents pour le dessin au service d’une compréhension facile et ludique.

Illustration de Caroline TSIANG

Voici, en quelques mots, le concept des 5d :

  1. Définir : identifier ce qui doit être recherché et quels moyens doivent être mis en œuvre pour y arriver,
  2. Découvrir : rechercher ce que l’entreprise a de mieux et répertorier les expériences passées positives,
  3. Devenir : Explorer les rêves et les souhaits de chaque collaborateur, qu’est-ce qui les chacun motive chaque jour dans leur travail ? les relations professionnelles, l’entreprise elle-même, etc…
  4. Décider : Définir le futur de l’entreprise, ce qu’elle sera demain en révisant son architecture sociale, son modèle de management, de communications internes, la répartition des fonctions, le développement des compétences, etc…
  5. Déployer : commencer à construire concrètement un plan d’action et les moyens de sa mise en œuvre : déterminer les parties prenantes, les leviers de changement, etc…

Démarche appréciative, champs d’application :

Cette approche s’applique aux ressources humaines dans leur ensemble, quelle que soit l’activité de l’entreprise, son organisation et la dimension des groupes concernés.
Cette démarche, basée sur le recrutement collaboratif, permet d’intervenir dans différentes configurations :

  • Bilan de situation, diagnostic social ou organisationnel,
  • Conduite de changements, transformations,
  • Définition d’orientations stratégiques, valeurs,
  • Cohésion d’équipe, coopération,
  • Processus d’innovation ou d’amélioration continue,
  • Développement du management et du leadership,
  • Communications, conventions et événements,
  • Gestion des conflits, médiation, prévention des RPS,
  • Etc …


Une méthode juste et bienveillante qui a déjà démontré son efficacité dans des grands groupes internationaux, Français et également au sein de PME. 

L’approche appréciative appliquée au recrutement

En abordant le recrutement sous un angle totalement nouveau, pour l’entreprise comme pour le candidat, elle renforce la confiance mutuelle, augmente le bien-être au travail et pérennise les embauches.

Pour l’entreprise, les bénéfices sont nombreux et importants :

  • Elle renforce sa marque employeur pour attirer les meilleurs profils,
  • En impliquant ses collaborateurs, elle sécurise ses embauches, réduit son turn-over et aura plus de facilité à animer ses équipes,
  • Elle obtient un éclairage complet sur l’ensemble des compétences du candidat et découvre rapidement son potentiel,
  • Un gain de performance pour les équipes et le candidat retenu,
  • Guider la personne recrutée dans son parcours d’intégration est plus facile,
  • Les résultats sont rapides et le taux de réussite élevé.

De son côté, le candidat vit une expérience unique : tout est mis en place pour que l’entretien se déroule sans un stress inutile et bloquant.
Un véritable échange se met en place dès le départ avec le partage, par le recruteur, d’expériences réussies au sein de l’entreprise ; en évoquant un projet dont il est fier, il ouvre un volet plus personnel, plus humain, plaçant ainsi un cadre bienveillant et positif pour la suite de l’entretien.
En donnant ensuite des exemples précis au candidat, il lui permet de se projeter dans son poste.
Des étapes  importantes qui placent les fondations d’une implication forte et d’une motivation durable.

Avec cette méthode, recruteur ou entreprise ? et candidat se choisissent mutuellement, et cela fait une différence énorme.

Dynamiser l’organisation avec la démarche appréciative demande malgré tout un peu de préparation.
En effet, il faut se poser les bonnes questions et que l’entreprise soit prête à accepter les changements impliqués par cette approche. 

Êtes-vous prêts à parler des succès de votre entreprise, des réussites de vos collaborateurs et l’ambition de votre PME ? 

? vérifier certains prérequis pour l’entreprise :

  • Peut-elle surmonter le paradoxe suivant : « résoudre une problématique à partir de ce qui fonctionne bien et ce qui donne des résultats » ?
  • Est-elle prête à mobiliser un collectif de collaborateurs pour émettre des souhaits ?
  • A-t-elle envie de s’appuyer sur les forces, les atouts et les réussites de ce collectif pour changer ?
  • Fait-elle 100% confiance à son collectif ?

Ces 4 points pourraient se résumer en un : l’entreprise est-elle prête à prendre ce virage en toute transparence avec ses salariés, en tenant totalement compte de leurs talents et aspirations ?
Se lancer dans un recrutement appréciatif, c’est accepter de perdre le contrôle de l’entretien classique, d’abandonner ses aprioris, d’être convaincu de la valeur de l’humain.

Les changements impliqués par la mise en œuvre de l’appreciative inquiry dans l’entreprise doivent donc être accompagnés et acceptés par tous, pour le meilleur.
En effet, si l’expérience candidat est unique, celle du manager n’est pas en reste : il retrouve le plaisir de recruter, en sortant du cadre parfois trop classique, étroit et répétitif imposé par le modèle traditionnel, en fait il se développe également.


Partager cette publication